Hyperconnectés : l’êtes vous ?

By novembre 17, 2018 décembre 1st, 2018 Hypnose et stress

L’hyperconnexion et le stress au travail

Après avoir visionné ce reportage d’ARTE, je me suis dit qu’il était nécessaire d’en faire un bref résumé tellement il était intéressant.

On estime entre 2500 et 3000 le nombre de personnes mourrant du BURN OUT au travail et une centaine d’arrêt maladie.

D’après les études de Gloria Mark, le mail est le premier responsable du stress au bureau. De plus, selon ses travaux toujours, plus vous consacrez de temps sur vos mails, moins vous êtes efficace.

En 2004, la durée moyenne de concentration était de 3 minutes, elle est descendue à 1 minutes et 15 secondes en 2012. On remarque également que les jeunes de l’an 2000 arrivent à se concentrer en moyenne 45 secondes sur la même tâche.

Le mode multitâche

Le numérique participe à ce que l’on nomme le mode multitâche.

Ce mode crée du stress et une surcharge cognitive. De plus, il réduit les performances.

En fait, à chaque fois que vous changez de tâches, vous ralentissez les réponses et vous vous fatiguez.

Pour répondre à l’ensemble de ces tâches, vous aurez tendance à diminuer vos exigences et à les traiter en superficie.

On différencie plusieurs types d’attention. Parmi celles-ci, il y a l’attention soutenue et l’attetion sélective. Lorsqu’on doit maintenir son attention, il résulte du fait que le cerveau inhibe l’environnement extérieur afin d’être totalement focalisé sur la tâche voulue. Lorsque l’on passe en mode multitâche, ce mécanisme d’inhibition ne fonctionne plus et les performances se réduisent.

Selon une étude européenne, GFK, 35 % des moins de 30 ans souffrent du fait que le travail prend trop de place dans leur vie. Ceci paraît paradoxal puisque ce sont eux qui sont “nés” avec la technologie dans leur berceau.

L’attention à l’école

Le chercheur Jean Philippe Lachaux s’intéresse au développement de l’attention à l’école. Il a lancé le programme ATOL dans plusieurs écoles de Lyon. Le but est simple : Favoriser l’attention chez l’enfant.

Lorsqu’on est attentif, des zones du cerveau liées à la mémorisation s’activent. Aussi, ce programme permet de travailler sur la stabilisation du corps, de l’esprit et de l’attention.

Comment augmenter son attention ?

La clé : Se donner ds objectifs et les réaliser les uns après les autres.

Le numérique sollicite énormément l’attention. L’attention s’entraîne, un peu comme un muscle.

Une méthode est de se donner un temps pour faire la tâche voulue. Une autre pourrait être de s’entraîner à faire une tâche précise dans un environnement bruyant.

Le réseau par défaut est un réseau du cerveau qui s’active lorsqu’on ne fait rien. Ce réseau recoupe plusieurs zones du cerveau :

  • cortex préfrontal médian
  • gènes singulaires postérieurs

Par exemple, il s’active lorsque nous conduisons sur une route par beau temps et que la circulation est fluide.

Ce réseau est indispensable pour la mémorisation, le bien être et l’insertion dans le monde.

D’où vient le besoin de se connecter ?

Cela vient du circuit de la récompense. Il permet de mémoriser ce qui nous plaisir et il réagit à l’information et à ce qui est nouveau.

Il faut donc prendre du temps pour soi, pour ne rien faire.

Quel rapport avec l’hypnose ?

Mon point de vue : L’hypnose est un état d’introspection accrue. Lorsqu’on est très attentif à quelque chose, il n’y a qu’un pas entre attention et absorption. C’est donc un domaine qu’il est nécessaire d’explorer pour savoir emmener notre attention volontairement sur ce qui nous semble le plus adapté pour notre bien être personnel.

Au delà de ça, l’auto hypnose reste un outils merveilleux à travailler pour apprendre à canaliser son attention sur commande et apprendre à se connaître. Il faudrait faire des ateliers à Angoulême ou en Charente pour savoir gérer son stress et se reconnecter à ses valeurs…

Les recherches sur ce domaine avancent, quelles seront les prochaines découvertes ?